Vendredi 13 V – Une nouvelle terreur

VENDREDI 13 CHAPITRE V : UNE NOUVELLE TERREUR (aka Friday the 13th part V: A New Beginning)
États-Unis | 1985 | Danny Steinmann

Bande-annonce (montage exclusif par Izabel Grondin)

Mais qu’est-ce qu’un chapitre de cette célèbre série fait à Nanar de l’au-delà? Eh bien, il faut le reconnaître, c’est qu’ils ne sont pas tous bons. Et celui-là est extrêmement mauvais. Tellement qu’il a bien failli se retrouver dans un prochain article AVOID.

La première fois que je l’ai vu, je me souviens que le glas était sonné. Découragée de tant d’absurdités, je décrochais définitivement de la série. Plus récemment et investissant un maigre 1 $, je me le suis procuré parmi un joyeux foutoir de VHS, avide de voir comment je le percevrais des années plus tard. Eh bien c’est encore pire que dans mes souvenirs. Puisque mauvais relèverait de l’euphémisme, j’irai alors pour un radical “c’est à chier”. Comme ça tout le monde est content, et surtout au courant. Il faut dire qu’avec le 4e chapitre la barre était haute, trop haute peut-être. J’avoue d’emblée que VENDREDI 13 IV: THE FINAL CHAPTER de Joseph Zito est selon moi le meilleur (et de loin) de tous les films sur le célèbre croque-mitaine made in USA. En poursuivant la 5e aventure, le réalisateur Danny Steinmann ne pouvait que se casser la gueule. Mandat rempli.

Contexte : À la fin de THE FINAL CHAPTER, on nous laisse sur le jeune Tommy (Corey Feldman dans le meilleur rôle de sa carrière) s’affublant comme Jason quand il était enfant, afin de sauver sa soeur aînée. Le subterfuge fonctionne à merveille et permet à Tommy d’achever un Jason en feu qui avait décimé en 97 minutes plus d’une dizaine de campeurs! On se retrouve peu de temps après dans un hôpital où Tommy et sa sœur sont en convalescence. Là, Tommy nous regarde avec un air evil. Candidement on pense alors que le prochain Jason ça sera lui. C’est ce qu’on tente de nous faire comprendre du moins. Et c’est précisément ce qui va se passer.

Continuité oblige, VENDREDI 13 CHAPITRE V s’ouvre sur Tommy, maintenant adulte, qui fait un cauchemar où deux types déterrent la tombe de Jason. Ce dernier est toujours vivant et n’a pas perdu une once de son hospitalité. Bon, jusque là ça va. C’est après que ça ce gâte. Ça se gâte à un point où dans le 6e chapitre, ils ont repris la même intro. Oui oui vous avez bien lu, le 6e épisode commence exactement de la même façon! Un peu comme si les producteurs s’étaient dit : “Bordel on est carrément passé à côté les gars, on recommence!”. Notez qu’une fois l’intro passée, les ressemblances entre les deux films s’estompent, sauf peut-être pour les effets gores, pratiquement absents dans les deux cas. On dirait que la paresse est passée par là, nous privant ainsi du seul intérêt à regarder ce restant d’la veille. Mention néanmoins aux meurtres avec le bandeau et celui où Demon pris au piège dans une chiotte se fait transpercer la jambe. Passé la moitié du film, ces petits entremets à la sauce gore sont bien appréciés. Mais il faut le dire, ça manque cruellement de rouge tout ça! Avec les chapitres 2, 3 et surtout le 4, l’abonné cinéphile s’était habitué à beaucoup plus sanglant. Alors toutes ces scènes de meurtre charcutées au maximum où l’impact n’est jamais montré, c’est tout un facteur de refroidissement!

Malgré tout, il ne faut surtout pas bouder votre plaisir. VENDREDI 13 CHAPITRE V demeure un bon divertissement pour quiconque est prêt à mettre son intelligence et son jugement de côté.

L’histoire nous donne son lot de dégénérés caricaturaux, ce genre de protagonistes si cher à la série. La grande partie de l’action se déroulant dans une institution pour adolescents avec troubles mentaux, Steinmann nous gâte particulièrement à ce niveau.

D’ailleurs on peut dire que les cinq scénaristes (sic) se sont vraiment donnés pour faire de cette suite une bouse immonde, peuplée de crétins se contentant de balancer leurs répliques complètement ringardes, pour ensuite se croiser les bras en attendant une récidive. C’est simple, aucun échange n’est intéressant et à peu près tout le monde envoie chier tout le monde. Et pour un film d’horreur, étonnant de voir que l’on ne sursaute jamais, pas même avec le fameux cliché du chat qui bondit dans l’image. Rien. On reste de glace. Sinon le reste de la distribution est un genre de ramassis bigarré, sans lustre et stéréotypé au maximum. On a Tommy le freak (acteur principal qui reste muet presque tout le film), Pam la gentille intervenante, Ethel et son fils aka les rednecks, Tucker le shérif stupide qui n’est jamais là au bon moment, Reggie le petit rigolo et le reste des pensionnaires: Violet la punkette, Vic l’enragé, le couple toujours en train de vouloir baiser (et qui nous gratifiera de l’inévitable boobs moment du film), Joey le gros, Jake le timide bégayeur et l’objet de son désir, Robin, qui semble normale et qu’on ne comprend pas ce qu’elle fout là. Petite perle s’il en est, selon IMDB le film ne crédite même pas le scénariste original pour la création des personnages ni de l’univers s’y rattachant. Tout porte à croire que devant ce fiasco monumental, le type aura peut-être préféré rester dans l’ombre. Respect.

Ceci dit, reste que le comble du magnifique avec VENDREDI 13 CHAPITRE V c’est que ce n’est pas une vraie suite. Nope! Je vous vends la mèche, il n’y a même pas de Jason! Tous les meurtres sauf un sont commis par un ambulancier(!!!) que l’on voit au début du film alors qu’il vient récupérer le corps de son fils, Joey, assassiné par Vic l’enragé. La question qui risque de vous venir en tête à ce moment est : Si on comprend que l’ambulancier veut venger la mort de son fils, pourquoi s’en prend-il à des grelots de service qui n’ont strictement rien à voir? Je pense aux deux rockabilly, au préposé et sa germaine, au voyeur qui ne passait que par là ou à Demon et Anita qui font une comédie musicale à l’intérieur d’un w-c dans le bois. C’est quoi le rapport? Ils n’ont aucun lien avec l’institut, encore moins avec l’homicide de Joey, ça ne fait aucun sens. Je n’y perçois qu’une volonté de mélanger les cartes pour nous convaincre de l’implication du meurtrier au masque de hockey.

Là deux choix possibles : soit on swing notre vhs par la fenêtre; soit on éclate de rire. J’ai préféré la deuxième option.

Un beau légume racine à déguster en toute saison, je lui accorde une cote nanarophile de 7/10!

6 thoughts on “Vendredi 13 V – Une nouvelle terreur

  1. Il s’agit d’un de mes favoris de la série! Son côté hilarant et décomplexé est de mise pour tout bon marathon Friday the 13th (chose à faire entre amateurs de cinéma d’horreur au moins une fois par décennie).

  2. Un des plus mauvais films d’horreur des années 80 et le pire de cette série sans hésitations mais écouter ce film en gang ( avec beaucoup d’alcool ) c’est hilarent .

  3. Totalement d’accord avec toi Izabel, celui de Zito est le meilleur de la série. Il filme Jason comme si c’était Schwarzenneger dans Conan ou Predator.

  4. À Martin P: Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est un des plus mauvais films d’horreurs des 80s (Dieu sait qu’il y en a d’autres bien plus mauvais…) mais j’irais jusqu’à dire que c’est le plus mauvais chapitre de la série. Déjà au départ quand l’assassin n’est même pas le croque-mitaine d’origine, ouch!

  5. Ta raison ya pire film d’horreur mais la plupart ont un budget ridiculement microscopique genre Hobgoblins ou Creepozoids mais j’aurais du spécifier le pire films d’horreur de série à succès des années 80 . Pire encore que Jaws 3D mais au moins dans celui-ci l’assasin c’est bien le requin et non une carpe qui se prend pour un requin .

Leave a Reply to Marc-Antoine Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>